L'insuline

HISTOIRE DE L’INSULINE

 
I. Avant la découverte

 

Dès l’antiquité,

les Grecs et les Egyptiens connaissent le diabète :

« Les reins et la vessie ne cessent d’émettre des urines. Il ne peut s’empêcher de boire et d’uriner » (Galien).                              

Diabète, en grec, signifie = je passe à travers

Beaucoup plus tard :

1674, Willis trouve que l’urine des patients diabétiques a un goût sucré.

1776, Dolson isole le sucre des urines ; la réaction des sels de cuivre (liqueur de Fehling) permet de mesurer la glycosurie.

D’où le terme : « Diabetes Mellitus » (mellitus = qui a un goût de miel)

 

1855, Claude Bernard :

-          montre que la glycémie reste pratiquement constante, quelle que soit l’alimentation ; décrit le rôle du foie qui met le glucose en réserve sous forme de glycogène (« amidon animal »), et peut le retransformer en glucose ;

-          pressent que la glycosurie n’est qu’un symptôme  et pas la maladie elle-même ; il fait du diabète « un trouble général de la nutrition ».

 

Cependant, la cause du diabète est inconnue :              

« Nous ne pouvons aujourd’hui définir et caractériser le diabète par aucune lésion anatomique indiquant l’organe atteint dans cette affection » (Bennet, 1873).

1869, Paul Langerhans découvre que le pancréas contient deux types de cellules :

-          les « acini » qui sécrètent le suc pancréatique

-          les « îlots » dont il ignore la fonction. Laguesse les appelle « Ilots de Langerhans » en 1893.

 

1889, Oskar Minkowski, qui travaille avec Von Merring, montre qu’un chien dont on enlève le pancréas est atteint de diabète grave.

 

1900, Opie pense que le diabète est dû à la destruction des îlots de Langerhans.

 

Rôle du pancréas dans le déclenchement du diabète

 

Les traitements au XIXe siècle :

 

Saignées – opium – arsenic alcalin – ammoniaque – bromure de sodium – chlorate de potassium – hydrothérapie ;

 

 Le régime alimentaire :

- Piozzy : régime riche en sucres, pour compenser la perte urinaire.

- Bouchardat : diminuer la ration de sucre jusqu’à disparition de la glycosurie, l’exercice physique.

- Naurryn : des périodes de jeune.

 

Les hydrates de carbone :

L’avoine en bouillie – les bananes – le régime lacté – la cure de riz – les pommes de terre

 

Sous les BD :

Avec ces traitements, les enfants mouraient, alors que les adultes survivaient avec le régime et l’exercice.

Ceci conduit Lancereaux à distinguer, en 1870, le diabète gras de l’adulte et le diabète juvénile maigre.


II. La découverte de l’insuline

1- A cette époque, on découvre que d’autres glandes que le pancréas (ovaires, surrénales) libèrent des substances qui agissent à distance : les « messagers chimiques ou hormones » (Starling, 1902)

2- Les recherches s’orientent alors vers la préparation d’un extrait pancréatique, efficace et utilisable chez l’homme. Il faudra plus de vingt ans pour aboutir.

 

            1906 : Georg Ludwig ZEULZER injecte un extrait pancréatique (qu’il nomme « Acomatol ») à des patients diabétiques en coma acido-cétosique. Le sucre et l’acétone disparaissent des urines, mais de façon transitoire et les injections sont souvent accompagnées de fièvre, vomissements, convulsions. L’aide financière est supprimée, les « résultats ne justifiant pas le coût ».

Ces recherches suscitent beaucoup de doute et de critiques de la part des autorités médicales :

« Il y a une sécrétion interne du pancréas mais il n’est pas possible de la garder dans l’extrait » (Mac Leod).

« Les injections de préparations pancréatiques ont prouvé être inutiles et nocives. Les résultats négatifs ont été nombreux et dignes de confiance » (Allen).

 

            1914 – 1918 :

 

Quand les recherches reprennent, la mesure de la glycémie est fidèle et reproductible, et elle nécessite une quantité minime de sang. 

 

            Août 1921 : un professeur roumain, Nicolas Paulesco, montre que, chez un chien rendu diabétique par pancréatectomie, l’injection intra veineuse d’un extrait pancréatique (qu’il appelle Pancréïne) provoque une diminution de l’hyperglycémie et parfois même une hypoglycémie. Il décrit la durée d’action de cet extrait. En raison des effets secondaires (forte irritation locale par voie sous cutanée), Paulesco ne fait pas d’essai chez l’homme.

 

            Décembre 1921 : Charles Gardin  établit qu’un extrait pancréatique de porc, administré par voie veineuse à six sujets humains, dont quatre diabétiques, diminue la glycémie.

 

            1921 :

 

* Banting, jeune chirurgien canadien de 29 ans, veut tenter d’extraire le principe actif des îlots du pancréas après ligature des canaux pancréatiques.

 

* Mac Leod, professeur de physiologie à Toronto lui procure un petit laboratoire et des animaux d’expérience, ainsi que l’aide de Best, canadien de 22 ans, diplômé de physiologie et de biochimie et étudiant en médecine.

 

A partir de mai 1921, ils testent les extraits pancréatiques obtenus  (qu’ils nomment « Soletine ») sur des chiens rendus diabétiques par pancréatectomie. Au cours de l’automne, grâce à l’aide du biochimiste Collip, ils obtiennent des extraits aux effets hypoglycémiants. E n décembre 1921, les résultats sont présentés à la Société Américaine de Physiologie : « nous avons obtenu, à partir du pancréas d’animal, quelque chose de mystérieux et qui, injecté à un chien diabétique, supprime tous les symptômes cardinaux de la maladie. Si cette substance agit chez l’homme, ce sera un grand bienfait pour la médecine ».

 

Janvier 1922 : les premières injections d’extraits pancréatiques sauvent Leonard Thompson, garçon de 14 ans atteint d’un diabète au stade de coma.

 

La substance extraite des îlots est appelée insuline (du latin insula = île).

 

1923 : Le prix Nobel de Médecine est décerné à Banting et Mac Leod.

Banting le partage avec Best, Mac Leod avec Collip.


III. Depuis la découverte de l’insuline

 

L’insuline devient très rapidement un médicament commercialisé.

 

L’insuline « ordinaire » : le début.

·         extraite de pancréas de bœuf ou de porc

·         en solution acide (pH = 3)

·         imparfaitement purifiée

·         administrée en 3 ou 4 injections par jour.

 

Les insulines d’action prolongée : moins d’injections.

1935 : Hagedorn réalise une insuline neutre par adjonction de Protamine.

1936 : Scott et Fisher créent la première insuline lente en combinant l’insuline Protamine à du Zinc = Insuline Protamine – Zinc (IPZ).

1946 : des chercheurs de l’Institut Hagedorn, au Danemark, mettent au point l’insuline NPH (Neutre Protamine Hagedorn), d’action « intermédiaire ».

1951-52 : Hallas-Moller prépare des insulines au Zinc (sans Protamine) dont la durée d’action dépend de la formation de cristaux d’insuline.

 

Les insulines purifiées = moins d’effets nocifs

L’insuline extraite du pancréas des animaux contient des impuretés responsables de réactions locales, les lipodystrophies, ou d’allergies.

 

1960 : Yalow et Berson découvrent la méthode radio-immunologique pour le dosage de l’insuline. On peut alors démontrer que les impuretés sont responsables des réactions allergiques et de la formation d’anticorps contre l’insuline.

                                   1977 : Le prix Nobel est décerné à Rosalyn Yalow

1970 : L’élimination de ces impuretés donne des insulines purifiées, appelées Monopic ou Mono composées.

 

L’insuline « humaine ».

 

1955 : Frédéric Sanger décrit la structure chimique de l’insuline :            

 

L’insuline est une protéine, de poids moléculaire 60 000, composée de 51 acides aminés, avec une chaine A (21 acides aminés) et une  chaine B (30 acides aminés) reliées par 2 ponts disulfures.

La structure de l’insuline dans l’espace a été décrite par D. Hodgkin en 1969.

L’insuline est synthétisée sous forme de pro insuline (86 acides aminés), scindée dans les cellules b des îlots de Langerhans en insuline et Peptide-C (peptide de connections, 31 acides aminés), qui sont libérés ensemble dans la circulation.                                                              

 

 

On comprend que l’insuline est particulière à l’espèce : il existe des différences entre l’insuline humaine et les insulines animales utilisées (bœuf et porc).

                                                1958 : le prix Nobel est décerné à Frédéric Sanger

 

1965 : la synthèse chimique de l’insuline est réussie aux USA, en Allemagne et en Chine.

 

1978-81 : La production industrielle d’insuline « humaine » est possible, par deux techniques :

                       

·         L’hémisynthèse : l’insuline porcine diffère de l’insuline humaine par un seul acide aminé ; on lui donne la structure de l’insuline humaine par des procédés chimiques.

·         La biosynthèse : le gène codant la fabrication de l’insuline est inséré dans une bactérie ou une levure ; ces micro-organismes vont se multiplier en culture et produire de l’insuline, qui est alors purifiée.

Ce procédé permet de disposer de quantités illimitées d’insuline et de ne plus dépendre d’une source animale d’insuline.

 

 

Les insulines nouvelles : pour un traitement plus proche des besoins

 

1990 : La modification de la composition de l’insuline (changement d’un acide aminé par un autre, adjonction de radicaux) peut en modifier la vitesse et la durée d’action.

Ces insulines modifiées ou « analogues de l’insuline » sont produites par biosynthèse.

 

On distingue :

·         Des analogues rapides : à début d’action plus rapide et durée d’action plus courte que l’insuline humaine

·         Des analogues d’action prolongée : intermédiaires ou lents.

 

Et après ?

L’histoire de l’insuline ne s’arrête sûrement pas là. Le  prochain chapitre est déjà en train de s’écrire, avec les recherches sur :

·         Les autres voies d’administration de l’insuline : inhalée …

·         Le pancréas artificiel

·         Les greffes de pancréas et d’îlots de Langerhans.

 

 

 Histoire de l’insuline

 

1869            Langerhans                                        Amas de cellules, de structure particulière,

                                                                            dans le pancréas.

1889            Minkowski,  Von  Mering                     Diabète sucré expérimental par ablation

                                                                            du pancréas, chez le chien.

1893            Laguesse                                           Lésions des « îlots de Langerhans » chez                 les patients diabétiques.

1909            De Meyer                                           « Insuline » =

                                                                            la substance que les îlots doivent sécréter.

1921            Paulesco, Gardin                               

                   Mac Leod, Banting, Best, Collip           Extraits pancréatiques hypoglycémiants chez                       l’homme.

1922            Leonard Thompson                             Jeune de 14 ans en acidocétose diabétique,              guéri par les extraits pancréatiqu

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site